Zéro point zéro

en collaboration avec Audrey Martin
installation vidéo
projection d’une image blanche sur 30 blocs de magnésie
2013

"Troisième version et destruction de la pièce The longest day. L’image est épuisée et disparaît pour laisser la place à un écran lumineux. La « matière lumière » remet en question le statut de l’image et installe The longest day dans une temporalité hors norme. Se dégage de cette version zéro point zéro un certain héroïsme ; après s’être battue, métaphoriquement, pour exister à deux reprises, elle assume sa disparition.
Cette pièce, à la manière du phénomène du Big-Bang d’où toute matière aurait été formée, apparait dans un état entre construction et déconstruction."
Léo Bioret